Mozilla Tunisia Tour : la conférence sur WoMoz

Par défaut

Cette conférence était, à l’origine, la principale raison de ma présence en Tunisie. Voici bientôt 6 mois que je dialoguais avec Melek Jebnoun par mails, que je découvrais cette fantastique nana, et qu’elle me confiait combien elle aimait WoMoz.

A l’occasion du Mozcamp Berlin, en novembre, avec Delphine, nous avons rencontré Sofien en chair et en os, ce qui nous a permis de formaliser notre venue, et ladite conférence sur WoMoz. Et nous voici, ce vendredi 20 janvier 2012, devant Melek, Marwa, Sahar… Et beaucoup d’autres étudiantes, et étudiants, en informatique.

Allez les WoMoz !

Avant même de commencer notre présentation, nous nous sommes rendues compte avec Delphine de son côté caduque. En effet, une partie de notre conférence consiste à pointer du doigt le manque de femmes dans les écoles d’informatique. Mais si c’est le cas en France, tel n’est pas le cas en Tunisie : nous avions devant nous autant de femmes que d’hommes… Nous avons donc décidé de ne parler que 15 minutes, et de consacrer le reste du temps imparti à discuter avec les personnes présentes. Pour comprendre cette différence, et voir ce que WoMoz pouvait leur apporter d’autre.

En dépit de cette différence, l’humour sous-jacent à notre conférence, les stéréotypes dénoncés, ont été bien accueillis. Nous avons senti que ces stéréotypes n’avaient pas de frontière, même s’ils se manifestaient différemment. En Tunisie, il est clair que les femmes sont bien acceptées en écoles d’informatique. Et même au-delà, puisque les étudiantes nous ont affirmé qu’une fois leur diplôme en poche, elles trouveraient le même type de travail que les hommes, et à salaire égal! Là encore, tel n’est pas le cas en France…

MAIS. Les trolls existent aussi en Tunisie, et nous avons eu la chance d’en avoir un. Un garçon courageux qui a dit tout haut ce que certains pensaient peut-être tout bas. Parlant de différence entre hommes et femmes, et s’interrogeant sur la nécessité de faire bouger les choses.

Les étudiantes présentes dans la salle nous ont expliqué que leur nombre était dû au fait que les écoles d’informatique sont vues comme étant réservées à l’élite en Tunisie : si vous êtes bonne en classe, vous allez en informatique… D’où cette parité homme/femme : toutes les personnes bonnes en classe, sans distinction de sexe, vont en école d’informatique. Mais ce que nous a dit le Troll, c’est qu’il trouvait qu’il y avait tout de même une différence : les hommes sont selon lui plus passionnés par le Logiciel Libre que les femmes. Il y a dans les écoles, d’après lui, plus d’hommes qui ont un Linux que de femmes. Ce constat, les étudiantes l’ont approuvé. En revanche, ce qu’elles n’ont pas approuvé, c’est lorsque le même garçon a vu cela comme une fatalité, comme quelque chose lié tout simplement au fait qu’elles sont des femmes.

La différence de passion vis-à-vis du Logiciel Libre peut venir, après réflexion, d’un inégal accès aux ordinateurs avant l’entrée de ces jeunes filles dans les écoles d’informatique. Peut-être sont-elles bonnes en classe, mais rien ne dit qu’elles soient familiarisées, autant que leur frère par exemple, au maniement des ordinateurs, au développement, etc. Et puis la pression sociale est là : si les femmes peuvent intégrer des écoles d’informatique, travailler… elles restent des femmes qui doivent aussi savoir tenir une maison, s’occuper des enfants, etc. Bien-sûr, les jeunes filles qui nous faisaient face avaient du caractère et étaient en l’occurrence des passionnées de Logiciel Libre. Mais toutes les femmes n’ont pas forcément le courage de casser les préjugés, ou de familles (ou de petit copain ;-)) qui les soutiennent… Et l’informatique ne sera alors pour elles qu’un travail, un moyen de gagner leur vie (ce qui est déjà pas si mal !).

Ce qui compte cependant, c’est justement la passion dont font preuve Melek, Sahar, Marwa et les autres : car elle est contagieuse cette passion ! Et elle est la preuve qu’elle n’est pas réservée aux hommes ! Nos nouvelles WoMoz ont donc convenu qu’elles allaient travailler là-dessus : à transmettre leur amour pour le Logiciel Libre à leurs amies, aux autres étudiantes, etc. Désormais, Delphine, moi, et les autres membres de WoMoz, seront là pour les soutenir et les accompagner !

Melek et Sahar... C'est beau la solidarité féminine !

Bienvenue les filles ! Vous êtes géniales !

Et voici nos slides avec Delphine :

————————————————————————————————-

English translation by Tom Leaman (thanks!)

Delphine and I had the chance to go in Tunisia for 3 days, in january. It was marvellous! We gave a talk about WoMoz… Here is my report.

This conference was, originally, the main reason for me being in Tunisia. I spent nearly 6 months exchanging e-mails with Melek Jebnoun and I discovered a fantastic girl who really loves WoMoz.

At Mozcamp Berlin, in November, Delphine and I met Sofien in the flesh which allowed us to arrange our place and the WoMoz conference. And here we are, this Friday the 20th of January 2012, Melek, Marwa, Sahar… and many other computer science students.

Before starting our presentation, we realised with Delphine that it was quite inapropriate for Tunisia. Indeed, part of our conference consists of pointing out the lack of women in computer science schools. But if this is true in France, it’s not the case in Tunisia: we had as many women in front of us as men… We therefore decided to only talk for 15 minutes and devote the rest of our time to discussion with the people there. To understand this difference and to see what WoMoz can give to others.

Despite this difference, the under-lying humour at the conference, the denounced stereotypes, have been apreciated. We felt that these stereotypes had no boundaries, even if they manifest themselves differently. In Tunisia, it’s clear that women are well accepted in computer education. And even beyond, since the students told us that once they have their diploma in their pockets, they will find the same kind of work as men, and with equal pay! Again, this is not the case in France…

BUT. Trolls also exist in Tunisia, and we were fortunate to have one. A brave boy spoke certain thoughts out loud where others might whisper. Speaking of differences between men and women, and questioning the necessity to make things happen.

Students in the room explained to us that the reason for their number was because the computer schools are seen as being reserved for the elite in Tunisia: if you are good in class, you go… Hence this male/female parity: all the good people in class go to study computer science, without distinction of sex. But what the Troll said was that he still found a difference: men are more passionate about free software than women. In schools, he said, there are more men who run Linux than women. The students agreed with this observation. However, they did not agree that it was simply because they were women, as this boy did.

The difference in passion wrt free software could come, after reflection, from unequal access to computers before girls get to computer schools. Maybe they are good in class, but not as familiar, like their brother for example, with using computers, development etc. And then there is social pressure: if women can integrate into computer schools, work… they are women who must also look after the house, take care of the children etc. Of course, the girls we met had character and, in this case, passionate about free software. But not all women have the courage to break the prejudices, or families (or boyfriend ;-) ) that they support… And then computers will not be their way to earn a living.

What matters though, is exactly that passion shown by Malek, Sahar, Marwa and the others: because it is contagious! And it proves that it is not reserved for the men! Our new WoMoz members agreed that they would work on it: to transmit their love of free software to their friends, other students etc. Now, Delphine, myself and the other members of WoMoz will be there to support them!

About these ads

À propos de claristamozilla

Je m’appelle Clarista (enfin, c’est mon pseudo, vous l’aurez deviné), je suis une Madame Michu, copine de geek, et membre de la communauté Mozilla. Je suis Mozilla Reps pour la France, et membre de WoMoz. J’AIME la communauté, et ce qui me motive aujourd’hui c’est d’oeuvrer à tisser des liens entre les Mozilliens de différents pays. Et intégrer plus de M. Et Mme Michu, pour me sentir moins seule, et parce que je compte sur eux pour aider le Logiciel Libre à conquérir le monde :D

"

  1. Ping : Women & Mozilla » WoMoz in Tunisia

  2. Ping : Duchess France | Les femmes et l’informatique : Rencontre avec Delphine et Clarista de WoMoz (Women & Mozilla)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s