Archives Mensuelles: mars 2013

It’s time to go to Myanmar!

Par défaut

With Vivien Nicolas, we had the pleasure to spend a two week holiday in Myanmar (formerly Burma). Two weeks of emotions and wonder. Thanks to Tin Aung Linn, our local Mozilla Reps, we were able to met several Burmese Free Software personalities. From all those meetings and discoveries, we draw one conclusion: Myanmar now! Especially for the Internet, as I’ll explain in the second part of this post.

  • Why it’s time to go there, in general:

About Burma, it is often said it’s the most beautiful country in Asia. I don’t have any comparison points, since this was my first trip to the continent. Yet, one thing is sure: it’s a wonderful country. Wonderful.

But the first wealth of Burma is its people! Vivien and I were blown away by their kindness and generosity. On our first day, the trip started quite badly: lost luggage; domestic flight from Yangon to Inle Lake cancelled. Hopefully, our disappointment was soon to be forgotten thanks to Julie, a Air KBZ employee: she found our luggage (even though it was not her company’s fault) and, moreover, we had the pleasure to dine in Chinatown with her and her husband Éric. A night to remember, during which Vivien ate locusts and bamboo worms, and met new friends. I take the opportunity to dedicate this post, and my best wishes, to Julie and Éric, and once again invite them to Paris!

And we had so many other meetings in Burma! Monks, restaurateurs, worshipers in temples, children… All gave us a wonderful smile, a nice word; some took pictures of us. Respectful, discrete, charming: this is how Burmese were with us. They gave us a real life lesson.

And we’ll never forget the landscapes and monuments. Some areas are still wild, outside of time (just have a look to the Intha fishermen on Inle Lake). Every temple, every pagoda has its surprises. Not to forget this senerity feeling that envelops you.

So, in short, you get the point. We were under the spell.

So why is it time to go there now? Because tourists are just starting to come in mass, and you can still enjoy this country in relative peace. Because the junta has turned over power to a civilian government (even though, in reality, the military junta is still there unofficially), the country is opening itself to trade, and now is the time to come and participate in this opening and prevent it from closing again.

  • Why is it time to go there now, especially for lovers of the Internet and Free Software?

To participate in the opening. Prevent Myanmar from closing. Things are still especially delicate there when it comes to the Internet.

Today, between 5 and 7% of the population has access to the Internet. Cybercafés are very successfull, as we could see for ourselves. Geek-attitude knows no borders :). The more people access the Internet, the harder it will be for the regime to apply censorship. That’s why we have to act now.

This is what we realized when we met Burmese Free Software personalities, thanks to our  great Mozilla Rep, Tin Aung Linn.

We met both M.Ye and M.Thein in Mandalay. Then we met Ko Ye, Tho Hi, Chit Ko Ko Win, Naing Ye Min, Ethan Kurt, Ma Hteik, Nang Nyi, and Yadanar in Yangon.

Ko Ye Myat Thu and U Thein Htut are part of the Myanmar Computer Professionals Association, in Mandalay (http://www.mcpamandalay.org/ ). The other people we met in Yangon are free software advocates, including several members of the fantastic Yangon Barcamp (6000 participants in 2013; Aung San Suu Kyi gave a speech for them in 2012!) or the Ubuntu community, and most of them are students.

We asked all of them about their hopes and wishes. Here is a summary of their answers:

- One of the biggests part is about education. There are computer science schools in the country, but several people reported that they were several months or years late on the current state of the art. Autodidacts (like Tin!) are able to educate themselves about free software, but they regret that Web technologies are taught little or not at all. They are dreaming of Mozilla people coming in to teach about Firefox technologies and Open Source languages. Those materials could then be reused by other universities.

- There is also censorship to fight. We could quite easily browse the web when we were there. But only because we were browsing in French or English. Even if it is better than in the past, there is still censorship active locally. With Vivien, we plan to bridge the gap between Burmese free software advocates and the Internews NGO (http://www.internews.eu ), which specializes in fighting censorship.

- Mainly, what Mozilla could help with is bringing more visibility to the issue of the Internet. A couple of days after our trip in Yangon (oh yeah, we were there first!), Eric Schmidt, Executive Chairman at Gooogle, came to give a speech and pleaded for Internet liberty (http://lionslayer.yoeyar.com/?p=1620 ). We can’t sit back and do nothing! Tin and his friends really would like to see Mozilla employees visit too and join in this conversation. All together, they are doing a tremendous job, and I think we have to build on those contributions, show that we, members of the Mozilla Community, are supporting them. Ubuntu is already very present during events. One of the free software advocates we met already had a Ubuntu Phone that he often show. Once again, customs are an issue: our Reps can’t receive their kit. Tin has no t-shirts, banners, nor goodies. William, we need your help! ;-)

- The best would be to participate with them in developing the Internet. That’s why Tin and the others were excited by Firefox OS. Vivien talked a lot about it, showed them the possibilities. Today, they are waiting for just one thing: phone availability in Myanmar. And I also think it’s an excellent opportunity for this country: by enabling people to have the Internet in their pockets, we could exponentially help its development. And those phones would be affordable, unlike Apple’s or Samsung’s. Starting today, I’ll forward Tin as much as possible documentation and videos about Firefox OS. I don’t doubt, also, that French employees and volunteers working on Firefox OS will answer all of his questions. But the best thing would be to organize an event about Firefox OS and bring in some employees. Why not some of the Mozilla Taiwan people?

One thing is for sure: with Tin, M.Ye and M.Thein, Ko Ye, Tho Hi, Chit Ko Ko Win, Naing Ye Min, Ethan Kurt, Ma Hteik, Nang Nyi and Yadanar, and also Chit and Thaung whom we sadly could not meet but whose hard work we have heard about, the Internet in Myanmar is in good hands. They are all excellent advocates for Internet freedom.

With this post, I would really like to thank all of them for their welcome, and all they taught us. I admire you, I wish you good luck, and remain at your service!

Viva Myanmar!

Le Myanmar, c’est maintenant !

Par défaut

Avec Vivien Nicolas, nous avons eu le bonheur d’aller deux semaines en vacances au Myanmar (ex Birmanie). Deux semaines d’émerveillement et d’émotion. Grâce à Tin Aung Linn, notre Mozilla Reps local, nous avons pu également, entre deux excursions, rencontrer plusieurs acteurs de l’informatique et du Logiciel Libre birmans.

De cet ensemble de rencontres et de découvertes, nous avons tiré une conclusion : le Myanmar, c’est maintenant ! Surtout pour l’Internet, ainsi que je l’explique en deuxième partie de ce billet.

 

  • Pourquoi faut-il y aller maintenant, en général :

De la Birmanie, on a coutume de dire que c’est le plus beau pays d’Asie. Je n’ai pas d’éléments de comparaison, car il s’agissait de mon premier voyage sur ce continent, mais une chose est sûre : c’est un pays magnifique. Magique.

Mais la première richesse de la Birmanie, ce sont ses habitants ! Vivien et moi avons été tout simplement bouleversés par leur gentillesse et leur générosité. Le premier jour, notre voyage avait pourtant mal commencé : nos bagages ont été égarés, et le vol domestique que nous comptions prendre depuis Yangon à destination du Lac Inle a été annulé. Mais notre déception a rapidement été effacée par Julie : employée de la compagnie aérienne Air KBZ, elle a retrouvé nos sacs (alors que ce n’était pas sa compagnie qui était en cause), et surtout, nous a emmenés dîner avec son mari Éric (il s’agit de leurs pseudos francisés) dans Chinatown. Une soirée inoubliable, qui aura vu Vivien goûter des criquets et des vers de bambou, et nous aura permis de rencontrer de nouveaux amis. J’en profite d’ailleurs pour dédier ce billet, et mes pensées émues à Julie et Éric, et leur réitérer notre invitation à Paris !

Et nous avons fait tant d’autres rencontres en Birmanie ! Des moines, des restaurateurs, des fidèles dans les temples, des enfants… Tous nous ont délivré un merveilleux sourire, un mot gentil, certains nous ont aussi pris en photo. Respectueux, discrets, charmants : tels ont été avec nous les Birmans. Ils nous ont délivré une véritable leçon de vie.

Et les paysages, les monuments ne sont pas en reste. Certains espaces sont sauvages, encore hors du temps (il suffit de voir les pêcheurs Intha sur le lac Inle). Chaque temple, chaque pagode, réserve son lot de surprises. Sans oublier cette sensation de sérénité qui vous envahit.

Bref : vous l’aurez compris. Nous avons été sous le charme.

Alors pourquoi y aller maintenant en particulier ? Parce que les touristes commencent tout juste à venir en nombre, que vous pourrez encore profiter de ce pays dans une relative tranquillité. Que la junte a laissé le pouvoir à un gouvernement civil (même si, on ne va pas se voiler la face, les militaires sont toujours là officieusement), que le pays s’ouvre économiquement, et que c’est maintenant qu’il faut venir, pour participer à cette ouverture et l’empêcher de se refermer.

 

 

  • Pourquoi faut-il y aller maintenant, en particulier quand on aime Internet et le Logiciel Libre ?

Participer à son ouverture. Empêcher le Myanmar de se refermer. C’est encore plus particulièrement sensible en matière d’Internet.

Aujourd’hui, entre 5 et 7% de la population a Internet. Nous avons pu le constater, les cybercafés sont un succès. La geek attitude n’a pas de frontières :-)

Plus il y aura de personnes ayant accès à Internet, plus le régime aura du mal à revenir en arrière. C’est pourquoi il faut agir maintenant.

C’est ce dont nous avons pris conscience au cours de nos rencontres avec des personnalités birmanes de l’informatique et du Logiciel Libre. Des rencontres rendues possibles par Tin Aung Linn, notre génial Mozilla Reps.

 

Nous avons successivement faire la connaissance de M.Ye and M.Thein à Mandalay. Puis de Ko Ye, Tho Hi, Chit Ko Ko Win, Naing Ye Min, Ethan Kurt, Ma Hteik, Nang Nyi, et Yadanar, à Yangon.

Ko Ye Myat Thu et U Thein Htut appartiennent à la Myanmar Computer Professionals Association de Mandalay (http://www.mcpamandalay.org/).

Les autres personnes que nous avons rencontrées à Yangon sont des libristes, souvent membres du fantastique Barcamp Yangon (6000 personnes présentes en 2013, Aung San Suu Kyi a donné un discours pour eux en 2012 !), ou de la communauté Ubuntu, et la plupart sont étudiants.

 

À tous, nous avons demandé leurs attentes. Voici un condensé de leurs réponses :

- l’un des chantiers les plus importants est celui de la formation. Il y a des écoles d’informatique dans le pays, mais plusieurs personnes nous ont signalé qu’elles ont des mois voire des années de retard sur ce qui se passe aujourd’hui. Les autodidactes (comme Tin !) réussissent à se former au Logiciel Libre, mais ils regrettent de voir que les technologies Web sont peu ou prou enseignées. Ils rêveraient de voir des personnes de Mozilla venir enseigner les technos du Panda Roux, les langages Open Source. Ces cours pourraient ensuite être réutilisés dans les différentes universités.

- Autre chantier essentiel : la lutte contre la censure. Nous avons pu relativement facilement surfer sur Internet lorsque nous étions là-bas. Mais c’est parce que nous le faisions en français ou en anglais. Mais sur place, la censure demeure. Elle est certes moins forte qu’avant, mais elle existe encore. Avec Vivien, nous allons donc mettre en relations les libristes birmans avec l’ONG Internews, spécialisée dans la lutte contre la censure (http://www.internews.eu/).

- Globalement, ce que peut faire Mozilla, c’est donner plus de visibilité à l’enjeu que représente Internet. Quelques jours après notre passage à Yangon (eh oui, nous y étions les premiers ! :D), Eric Schmidt, le président du conseil d’administration de Google, y est venu donner une conférence au cours de laquelle il a plaidé pour la liberté d’Internet (http://www.directmatin.fr/technologie/2013-03-22/birmanie-le-patron-de-google-plaide-pour-la-liberte-dinternet-429035 ; http://lionslayer.yoeyar.com/?p=1620). Nous ne pouvons pas être en reste ! Tin et ses amis aimeraient vraiment voir des employés de Mozilla venir également, à l’image d’Arky, et pouvoir communiquer autour de cette venue. Tous ensemble, ils font des choses extraordinaires, et je pense vraiment qu’il faut valoriser le plus possible ces contributions, montrer que nous, membres de la communauté Mozilla, nous les soutenons. A l’image d’Ubuntu, d’ores et déjà très représenté lors d’événements. L’un des libristes que nous avons rencontrés avait même un Ubuntu Phone dont il fait régulièrement la démonstration. D’ailleurs, petit problème à souligner : comme au Sénégal, la douane empêche notre Mozilla Reps de recevoir son kit. Tin n’a donc pas son t-shirt ni ses bannières, ni ses goodies. William, à l’aide ! ;-)

- Le plus important bien sûr, serait de participer à leurs côtés, au développement d’Internet. C’est pourquoi, Tin et les autres, ont été enthousiasmés par Firefox OS. Vivien leur en a longuement parlé, il leur en a montré les possibilités. Aujourd’hui, ils n’attendent qu’une chose : que le téléphone sorte au Myanmar. Et je pense aussi que c’est une excellente chose qui pourrait arriver à ce pays : en permettant aux habitants d’avoir Internet dans leur poche, nous aiderions au développement d’Internet de façon exponentielle. D’autant que ces téléphones seraient à un prix abordables, contrairement aux téléphones Apple ou Samsung… Dès aujourd’hui, je vais donc transmettre à Tin un maximum de documentation, de vidéos, au sujet de Firefox OS. Je ne doute pas également que des employés et des bénévoles français, qui travaillent sur Firefox OS, seront pour répondre à toutes ses questions. Mais l’idéal serait d’organiser un événement autour de Firefox OS et d’y envoyer quelques employés. Pourquoi pas de Mozilla Taïwan ?

 

Une chose est sûre : avec Tin, M.Ye and M.Thein, Ko Ye, Tho Hi, Chit Ko Ko Win, Naing Ye Min, Ethan Kurt, Ma Hteik, Nang Nyi, et Yadanar, sans oublier Chit et Thaung que nous n’avons pu malheureusement voir mais dont nous connaissons l’implication, Internet au Myanmar est entre de bonnes mains. Ils sont tous d’excellents avocats de la liberté d’Internet.

 

Par ce billet, je tiens à tous les remercier pour leur accueil, et pour tout ce qu’ils nous ont appris. Je vous admire, vous souhaite une bonne continuation, et reste à votre disposition !

Vive le Myanmar !