Archives Mensuelles: juillet 2013

Pre Summit: my report

Par défaut

Thanks again to Matt and FredB for the translation !

When I told you June was active in terms of events in the new Mozilla office in Paris, I was not joking… With the opening week hardly over, a new event was taking place: the Pre Summit.

Next October, Mozilla is holding a « Summit »: a gathering of Mozillians from all over the world. The previous Summit took place in Canada in 2010. Since then there have been no Summits, but instead « Mozcamps » on separate continents. The reason for this is simple: the exponential growth of the Community has continued non-stop in recent years.

But Mozilla really wants an opportunity for its contributors and employees to meet, with all the continents intermingled. Thus the organization of a new Summit! Except, since the Community has become too large for the places that might accommodate it, the October 2013 Summit will be distributed over three cities: Brussels, Toronto, and San Francisco. A lottery allows contributors to choose locations that are not necessarily the closest to where they live.

The organization for all this started six months ago. Contributors were invited, via « Mozillians » to register. And now that the citites, the hotels, and logistics are set, the work needs to shift to content.

This is why Mozilla organized a « Pre Summit » on 15 and 16 of June, in Mozilla Office in Paris. I was glad to be invited, with David Scravaglieri (Firefox OS manager for Europe) and Laurent Jouanneau (long-time contributor and founder of Xul.fr) to represent France. Alongside contributors from all over the world, and many employees. We were a total of about a hundred people.

This weekend was englightening and rewarding!

Themes had to be defined, what would be the orientation of this future Summit. What would it be useful for. It has to be more than a mere gathering of Mozillians: Mozilla is an association, and cannot afford to spend money mindlessly. It also has to make sure that the event will be rewarding for every attendee.

We were all there, happy to meet again or for the first time. Glad to see that Mitchell and Debbie Cohen, among many others, were present. And soon enough we understood that this weekend was the one Mozilla wanted to hear us, and I would say, to listen and understand us.

Through many workshops, we discussed, and learned from each other, shared our vision for Mozilla. So we, quite simply, said all that was weighing on us, because we don’t live in a dream world. Despite the fact that Mozilla’s approach unites us, it remains true that this project can be a source of frustrations or worries, for us who give it so much of our energy.

So here are in a few points without a specific order, what are my take-aways from this weekend, that will remain very important for my future engagement in the community:

- Melek, Gloria (from Columbia), Arturo (from Venezuela) and I used this weekend as an opportunity to report our dismay about the fact that Webmaker cannot be localized. I don’t hide the fact that several people were surprised about this fact. Which is an obvious fact about Mozilla’s quick growth: it’s impossible to know everything about it. And we were right in our roles as Reps by mentioning this issue. And the expectations about Webmaker are high for good reasons! This project is so thrilling! But how can you efficiently teach what is the Internet to children who do not know a word in English, while the tools we offer are in English?

In France, the Ministère de la Culture is interested in a kind of partnership around Webmaker. But we can only tell them no as of now: young French children under ten (and of more than ten too) would not be able to use it.

The language barrier is a reality for many of us.

- This is also an issue we raised: as Reps, we are listening to our communities, and mentioned that Mozilla is too much « North-America-centered », and that different cultures have difficulties finding their place.

All the Reps were complaining. And in the coming days and months, we will be there to make sure our cultures are taken into account. BUT there is that one thing that was important to me: the fact that we could have talked. And that we felt listened-to.

Who other than Mozilla would be able to gather employees including executives and volunteers in the same room? We were able to exchange with all the attending directors: Debbie Cohen, Mitchel Baker and many others. We were able to explain our griefs. I found that is fantastic!

Mozilla has about 800 employees and thousands of contributors. It offers tools used by millions of people, and still cares enough to listen and creates moments when we can say it all. It is unique and deeply moving!

There were strong moments, English-speakers showing how much they were able to make efforts: each time they spoke too fast, non-native speakers only had to raise a hand for the flow to slow down. And it worked! It was a simple and efficient way to raise awareness.

- More generally-speaking, a major topic quickly covered by contributors (which group I belong to) was our feeling of being abandoned by employees becoming stronger and stronger. The impression that our work did not get attention nor recognition and to lack help. These few months, as Reps we heard so many complaints coming from contributors, so many of them mentioning the possibility of leaving… That is why this weekend was much needed. On my side, it boosted my motivation, reminded me why I contribute to the Mozilla project, and why we can be proud of being part of the Mozilla community.

Even though several people tried to calm the tensions down around the employee/contributor divide that we, as Reps, mentioned, by reminding us we are all « Mozillians ».

It’s true! We are all Mozillians. But it’s impossible not to distinguish between employees and volunteers. As volunteers, we give our time OUTSIDE of our work. For that reason I really think that volunteer contributions should be honored more. And it’s true that we need recognition and help from the employees. Because for all of us, they are our point of entry, the ones who know the nitty-gritty and can guide us through it.

I also listened to what the employees had to say. They were affected and distressed by what we had said, since they felt they were doing their best and making all the resources they could available to us — and they are not wrong, in my opinion!

Because after all, have you seen the new Paris ofice?
And the budget Mozilla allowed us for our francophone meetup?
And the Summit?

So yes, as contributors, we are not there to let our behavior be dictated to us, we are not just a « workforce » available to do whatever the employees don’t have time for.
And yes, we are all concious of the differences between employes and volunteers. But we have employees who are dedicated, and by organizing the Summit, Mozilla shows that it wants its employees to meet us and learn from us.

And that is extraordinary!

As to the fact that we sometimes feel neglected by the employees:

Firstly, do not generalize! Don’t forget all the employees who engage with us, all those who constantly answer our questions on IRC, email, etc. There are many of them.

A new system has been created, the Mozilla Reps system. And I never stop marvelling at the availability of William, Pierros, Konstantina, and Brian. They understand the Community, and they are wonderful connectors. This Reps system also proves the importance Mozilla places in its Community: a worldwide system, tuned to our needs, that puts so many resources at our disposal!

Finally, let’s ask ourselves: what is more important? That employees come to our events, or that they produce the best possible tools that benefit all of us? In the case of Firefox OS, Vivien (Tech Lead for Gaia) always tells me, and I think he is right, that what he’s working on is the biggest contribution he will ever make, his greatest gift to the community. And I agree with him!

We must accept that the employees can’t be at our disposal all the time. They are not in our service; well, a few are but not all. As employees they work under constraints that are different from those of volunteer contributors (in terms of efficiency, productivity, etc.). So naturally they don’t always respond instantly. It’s our role to be patient, and to nag them. :)  And don’t forget that the Reps are also there to help you, and to act as an interface.

After all, we all agree that it can be difficult to know whom to contact, where to get information, etc. Mozilla has become so huge! And this is just the beginning!

That’s why we spent time this weekend thinking about the best tools to let all of us interact better, and know each other better. Better tools, and fewer. Because it’s becoming really difficult to follow everything Mozilla offers! (Of course I gave my usual rant against Bugzilla, the arch-nemesis of Joe and Jane User.)

I’d really like to thank all the employees for their patience. I know that this weekend, especially Saturday, spent listening to our complaints must have been painful at times. But that did not last!

- Because this is the magic of Mozilla! On Sunday, when the time had come to propose constructive solutions for working together productively, everyone worked hand-in-hand. Forgotten were the tensions of the previous day! We were united by a common goal: making the Summit a success, a time of joy for all the attendees, and the starting point for a new era.

Together we proposed themes and workshops. In particular regarding ways to welcome new contributors, to help them feel comfortable, and also to keep the existing community member engaged. We all worked in the same direction, around an oh-so-important theme: the future of Mozilla. We all started debating it, and then building it. And we will continue during the Summit itself. A Summit that will probably be very different than we’ve seen in the past: fewer lectures, and more interactions and interest groups.

Anyway, that’s what we began over the course of the weekend: we racked our brains and exchanged ideas. And we saw just how incredibly productive this mix of experiences and cultures could be. We all left with smiling faces, and a feeling of accomplishment.

Which was a beautiful thing on Sunday! And it will be beautiful at the Summit!

P.S. Big thanks to Kate, Mardi, and Luciana for their organization. Perfect! We are truly lucky to have them.

And thank you to Dino for his infectious energy!

P.P.S. Don’t miss the remarkable report by Melek, from Mozilla Tunisia.

Meetup Francophone : la genèse

Par défaut

Du 21 au 23 juin 2013, les bureaux de Paris ont accueilli l’événement de l’année, que dis-je, du siècle : le premier Meetup (rassemblement) Francophone réunissant à la fois la France, la Belgique, mais aussi les pays d’Afrique, Québec, etc.

Il m’a fallu six mois pour l’organiser (après en avoir rêvé pendant encore plus longtemps), mais quel bonheur !

Avant que je vous décrire comment s’est passé ce week-end, j’ai promis à William de faire un billet relatant les différentes étapes de l’organisation de ce rassemblement. Afin que cette expérience puisse resservir et que d’autres meetup du genre puissent avoir lieu de par le monde.

A noter qu’il y a eu quelques mois auparavant un Meetup réunissant la communauté hispanophone. Mais j’ignorais que ce rassemblement allait avoir lieu lorsque j’ai commencé cette aventure.

  1. Pourquoi ce meetup ?

La communauté francophone n’a eu de cesse de s’agrandir ces derniers mois  :  elle  voit  toujours  plus  de  nouveaux  membres,  ainsi  que  de nouveaux pays. Le fait de partager la même langue facilite les échanges et le  partage  de  connaissances.  Malgré  tout,  rien  n’est  simple  avec  la distance  et  le  décalage  horaire.  Voilà  pourquoi  cet  événement  me semblait essentiel pour que nous fassions plus ample connaissance, et que nous avancions dans la même direction. Pour que nous échangions encore plus de connaissances et d’informations.

A mes yeux, l’objectif de ce week-end était simple : nous devions tous en repartir en étant capable, à notre tour, de faire des conférences sur les différents outils et objectifs de Mozilla ainsi que de pouvoir répondre aux différentes questions de nos communautés locales respectives.

Ce week-end serait donc placé sous le signe de l’apprentissage et de la transmission.

Très vite, et pour mon plus grand bonheur, j’ai reçu des encouragements de William (Quiviger) et de Brian (King) pour mettre sur pieds cet événement. J’ai également pu compter, au fur et à mesure de l’avancée de ce projet, sur leur soutien plein et entier. Je ne les en remercierai jamais assez !

2. Établir un budget

Ce fut la partie la plus difficile de l’organisation. Même si j’étais certaine de l’importance de ce week-end, j’avais de vrais scrupules à demander de l’argent à Mozilla. J’ai donc cherché à faire un maximum d’économies. Mon objectif ? Faire venir le plus possible de personnes pour un moindre coût.

Il y a des postes de dépenses où je savais ne pouvoir faire grand-chose. Le plus important de tous : les transports ! L’avion, cela coûte cher, et on n’y peut malheureusement rien. Cependant, je me suis dépêchée d’envoyer mon budget afin de prendre les billets le plus tôt possible, et donc au meilleur prix.

Deux soucis à ce niveau :

- Le délai de validation de mon budget (un mois environ) par le programme Reps fait que les prix ont grimpé entretemps. William m’a ensuite proposé de passer par une centrale de réservation des billets, ce qui m’a considérablement simplifié la vie. Mais cela a pris un peu de temps également.

- En suite, le plus gros soucis, à mon sens, est venu des contributeurs invités :D En effet, certains ont vraiment mis du temps à contacter la centrale de réservation. Et pendant ce temps, je voyais les prix grimper, grimper, grimper…

Conclusion ? Si c’était à refaire je donnerais une date limite. Et tant pis pour ceux qui ne répondraient pas dans les temps. Parce qu’à mon sens, il faut vraiment avoir conscience que l’argent que Mozilla met dans nos événements est un cadeau dont il ne faut pas abuser. Et chaque euro que l’on prend en plus est un euro en moins pour une autre communauté, un autre évènement.

Cela étant, j’avais anticipé dans mon budget les surcouts liés à l’avion, je les avais même détaillé avec les prix avant le 1er mars et après. J’avais prévu des postes de dépense sur lesquels rogner par la suite.

Alors comment faire des économies ?

- J’ai décidé de réserver l’hôtel essentiellement pour ceux qui avaient besoin d’un visa. Puisque l’hôtel était pour eux une condition sine qua non pour pouvoir venir. Pour les autres, j’ai établi un liste de personnes sur Paris pouvant les accueillir. J’ai demandé à tous les participants non étrangers de ne pas hésiter à demander à leurs amis parisiens de les héberger. Après tout, nous étions d’abord là pour nous voir, pas pour dormir :-)

J’ai ainsi pu limiter le nombre de chambres d’hôtel à 12 chambres doubles. 24 personnes sur les quelque 70 invitées.

- Autre poste de dépense habituellement élevé : la nourriture ! Pour limiter, j’ai pris une décision radicale : pas de restaurant ! J’ai donc prévu dans le budget de commander des pizzas, et surtout, d’aller au supermarché acheter des produits que je cuisinerais ensuite afin de faire un buffet (je sais, je suis folle, mais ça a marché ! Et puis j’ai eu de l’aide : des découpeurs de tomates super doués !).

- Le choix de Paris, paradoxalement, était aussi un moyen de faire des économies : pour le moment, c’est la ville où nous sommes le plus nombreux dans la communauté francophone. Il y aurait donc moins de personnes à déplacer, et plus de personnes pouvant aider sur place à l’organisation. Et puis nous allions avoir les bureaux ! Impossible de trouver plus bel endroit (même si à l’époque  je n’imaginais pas que ce serait si beau), et surtout, moins cher : pas de location de salle à payer ! Voici qui allait me permettre de diminuer mon budget.

Ensuite, pour ne pas avoir de mauvaise surprise, j’ai essayé de détailler au maximum ce budget : depuis la boisson, jusqu’aux tickets de métro, en passant par les t-shirts que nous produirions sur place. Pourquoi sur place ? Là encore, pour faire des économies (pas de frais de port !), et pour s’assurer que nous les recevrions à temps car lors du hackathon Firefox OS de janvier, la plupart des t-shirts étaient arrivés deux semaines après l’événement.

3. La liste des invités

Avant de pouvoir soumettre mon budget, il me restait le plus difficile : la liste des invités. C’est ce que je déteste le plus. Car évidemment, on aimerait pouvoir inviter tout le monde, tous les contributeurs qui ont croisé votre chemin, qui ont montré de l’intérêt pour Mozilla. Mais bon. Ce n’est évidemment pas possible.

Il fallait évidemment inviter tous les Reps de tous les pays francophones. Mais pas seulement : certains nouveaux membres ont besoin d’être encouragés, ou d’être aidés dans leurs premiers pas. Quelle meilleure occasion que ce meetup ?! Chaque leader de chaque pays a donc participé à l’élaboration de cette liste qui concentre au final les plus actifs, ou les plus enthousiastes. Nous avons identifié les contributeurs qui assurerait ensuite un rôle de transmission une fois de retour dans leur communauté locale.

Au final, nous avons élaboré une liste d’une centaine de personnes, employés compris (mais ils ne comptaient pas dans le budget, à eux de voir avec leurs managers respectifs, sachant que l’extrême majorité était déjà sur Paris). Nous serons au final environ 80 lors de l’événement.

C’est sur la base de cette liste que j’ai créé enfin la page Reps de l’événement, et que j’y ai joint mon budget définitif et détaillé. Je n’ai jamais plus retouché à ce budget, me fixant comme objectif de ne pas le dépasser. Objectif atteint !

4. Les visas

Une fois mon budget approuvé, et bénéficiant de l’aide de la centrale de réservation pour les voyages de tout les invités, j’ai rédigé un mail d’invitation dans lequel j’expliquais d’ores et déjà l’objectif du week-end, et la marche à suivre. Ce premier mail fut suivi de deux mails de rappel, on n’est jamais trop prudent ! :-)

Je pouvais alors me consacrer à ce que je redoutais le plus : les visas ! Mon angoisse était de revivre ce que j’avais vu aux Mozcamp de Berlin ou de Varsovie, c’est à dire des pays non représentés, des contributeurs bloqués dans leur pays parce qu’ils n’avaient pas réussi à obtenir leur visa.

Concernant les visas, j’ai pu profiter de l’expérience de William et de son aide précieuse. Il m’a expliqué la marche à suivre, et ensemble nous avons rédigé un document d’invitation pour chacun des contributeurs qui en avaient besoin.

Il me fallait ensuite une attestation de l’hôtel. Simple me diriez-vous ? C’est ce que je pensais aussi ! Mais disons que la personne qui était chargée de cette attestation y a mis pas mal de mauvaise volonté. Après les coups de fil insistants, il m’a fallu me déplacer par deux fois, avec Vivien, à l’hôtel pour lui mettre la pression. Et quand finalement elle m’a envoyé le précieux document, elle avait oublié de le signer, et il y avait des fautes d’orthographe ! J’ai donc dû me déplacer à nouveau. Trois semaines de perdues en tractations.

Il y a ensuite tous ces coups de fil passés à certains consulats, pour avoir des informations, s’assurer que le dossier va être traité à temps. Les appels de certains consulats voulant s’assurer que nous sommes au courant de la venue de telle ou telle personne et que nous sommes bien liés à Mozilla.

Malgré tout, j’ai échoué pour Bacely de Côte d’Ivoire. J’ai beau avoir appelé le consulat, l’ambassade, envoyé des mails et des fax, toujours avec l’aide de William, rien n’y a fait : ils ont maintenu son rendez-vous en août pour un événement se déroulant en juin. De son côté, Bacely a vraiment tout essayé, lui qui était le premier à envoyer ses documents pour l’avion, le premier à répondre au pad, à participer à l’organisation… Il sera finalement resté à Abidjan. C’est triste et scandaleux.

C’est tout aussi scandaleux pour Faten de Tunisie et pour Alassane du Sénégal à qui on a demandé un nombre de justificatifs invraisemblables. Eux aussi n’ont pu venir en France.

5. Le programme du meetup

Puisque ce meetup devait être celui de la transmission d’un maximum de connaissances, j’ai ensuite envoyé un mail à tous les invités, leur demandant de me faire des suggestions, de préciser leurs attentes, et d’éventuellement proposer une conférence ou un atelier dans un pad.

En fonction des demandes, je regardai si nous avions dans la communauté francophone quelqu’un qui puisse répondre à une attente en particulier. Employé ou contributeur. Je demandai ensuite à ladite personne si elle était disposée à faire une conférence et/ou un atelier.

Il y avait aussi des propositions spontanées qui ne répondaient pas à des attentes en particulier, mais dont je savais que le sujet allait ouvrir des horizons au public de la conférence ou de l’atelier.

Plus les gens allaient avoir de conférences, plus ils pourraient découvrir des outils et des sujets pour ensuite proposer des modes de contribution variés à leur communauté respective.

Lorsque nous avons atteint une quinzaine de conférences et autant d’ateliers, nous avons réfléchi à un planning avec Jérémie. Et c’est là que l’idée nous est venue : le samedi serait entièrement dédié à des conférences sur les outils de Mozilla, les moyens de contribuer, bref sur les thématiques susceptibles d’être source d’interrogations ou de contributions. Ces conférences auraient toutes lieu dans la grande salle, ne dureraient pas plus de 30 minutes questions comprises, et seraient filmées afin d’être ensuite isolées, sous-titrées, et mises en ligne sur le site de la communauté (ce qui est en train d’être fait ! Merci Padenot et FredB !). Le lendemain, dimanche, nous approfondirions les thèmes des conférences de la veille à travers des ateliers. Ces ateliers seraient ouverts à tout le monde ! Chacun pouvant aller et venir : passer la journée entière à se spécialiser, ou au contraire, opter pour plusieurs d’entre eux. Tout le monde devrait pouvoir ainsi repartir avec toutes les réponses à ses questions. Et reproduire les conférences ou ateliers au sein de sa communauté.

J’ai alors envoyé un mail aux animateurs des différentes conférences et ateliers, leur expliquant le but du week-end, et leur demandant de :

- préparer une page wiki de votre conférence ou atelier, et l’ajouter en bas de cette page : http://wiki.mozfr.org/Meetup_Mozfr_Paris

- faire des slides en français, facilement réutilisables par ceux qui assisteront ou participeront.

- se préparer à être filmés pendant leur conférence, et penser que ces vidéos seront également réutilisables. Il faut donc être précis, et le  plus didactique possible.

Ça, c’était pour le planning des journées. Il restait à prévoir celui des soirées.

Le vendredi soir, pas la peine de prévoir une activité particulière : tout le monde allait arriver de partout dans le monde et certains seraient sans doute fatigués. Aussi, puisque nous étions en France, il n’y avait plus qu’à opter pour un apéro dinatoire !

C’est alors que j’ai eu l’idée de demander à tout le monde d’apporter des spécialités de chez lui, afin d’organiser un grand buffet à l’image de notre diversité culturelle. Une rencontre culinaire en quelque sorte.

Et puis, le vendredi 21 juin étant la fête de la musique, je me doutais bien que les plus motivés auraient à cœur de se promener dans les rues de Paris au son de musiques variées et à tous les coins de rue. Une expérience unique.

Quant au samedi soir, j’avais prévu dans mon budget la location d’un bus. Car je connais la frustration que nous ressentons tous lors des Mozcamps où nous avons rarement le temps de découvrir la ville dans laquelle nous sommes. Ce bus permettrait ainsi de s’assurer  que tout le monde pourrait avoir un aperçu de Paris et de ses monuments.

Ensuite, nous ferions un grand pique-nique tous ensemble, à la bonne franquette, avec des ingrédients frais. Chacun pourrait composer sa salade, aucun ingrédient n’étant préalablement mélangé. Cela me permettait aussi de m’assurer que personne n’aurait de problème avec la nourriture en fonction de son régime alimentaire. Nous avions également prévu, avec Vivien, d’acheter de la viande halal.

Enfin, le dimanche soir, avant de nous quitter, je prévoyais de faire un quizz autour de ce qui aurait été dit pendant les deux jours. Un prétexte pour distribuer des petits cadeaux souvenirs de Paris, et une façon de valoriser les connaissances acquises.

6. Les Parisiens se préparent : les jours précédents l’événement

L’événement approchant, il fallait formaliser les derniers détails, s’assurer que nous n’avions rien oublié.

J’ai donc créé un PAD réservé aux Parisiens, ceux qui auraient le plus de facilités à aider à l’organisation. Aussi parce que je voulais faire plusieurs surprises aux contributeurs venus de loin.

Ensemble nous nous sommes donc répartis les rôles pour :

- Aller chercher les gens à l’aéroport

- Préparer la nourriture pour le pique-nique (cuire les pâtes, le riz, les œufs durs, couper les tomates, le fromage,  etc.)

- Organiser un espace destiné à faire des interviews de TOUTES les personnes présentes pendant le week-end. Interviews destinées ensuite à être mises en ligne sur notre site.

- Faire faire les t-shirts pour  l’événement

- S’assurer qu’il y aurait au moins toujours un photographe

- Faire la liste des lits / canapés disponibles.

William a une fois de plus été d’une aide précieuse lors de ce processus. Ainsi que Guillaume (alias Thegennok), Chahrawoods, Pandark, Jérémie (toujours lui !), Nical et Padenot. Merci à eux !

De mon côté, j’ai également préparé un document recensant le plus d’informations sur le meetup, et je l’ai envoyé à tout le monde quelques jours avant. Le voici : meetup_francophone

Et Pandark nous a fait un ultime cadeau, sur une idée de Flore : des badges pour l’événement.

Nous étions fin prêts : le meetup francophone pouvait commencer !

My address during the Paris Office opening ceremony (en)

Par défaut

Again, thanks to Matt Brubeck and to FredB for the translation!

Just as promised, here is my address given on the Mozilla Paris Office opening ceremony. A speech addressing the community.

« Good evening everyone,

I am here tonight to talk… about you! You all, free software supporters and for most of you members of the Mozilla community.

This community to which belong both employees and volunteers.

Together we are family, a community similar to the Fellowship of the Ring (from The Lord of the Rings) which gathers people from various origins around common values, which in our case are expressed by the Mozilla Manifesto:

The Mozilla project is a global community of people who believe that  openness, innovation, and opportunity are key to the continued health of  the Internet. We have worked together since 1998 to ensure that the  Internet is developed in a way that benefits everyone.
The Mozilla project uses a community-based approach to create  world-class open source software and to develop new types of  collaborative activities. We create communities of people involved in  making the Internet experience better for all of us.
The goals for the Manifesto are to:   
- articulate a vision for the Internet that Mozilla participants want the Mozilla Foundation to pursue; 
- speak to people whether or not they have a technical background;
- make Mozilla contributors proud of what we’re doing and motivate us to continue; and
provide a framework for other people to advance this vision of the Internet.

That’s it. For all of us, the Internet is a worldwide public ressource that should remain open and accessible, as well as improve everyone’s lives.

The values are great, and in fact essential. This is why I insisted on telling you all my admiration for all that you are doing for the Internet and our rights.

Even though, I must admit that in the beginning I freaked out a bit. With your bold and somewhat childish tee-shirts, your vocabulary and weird discussions (What is the best Linux distribution?), your odd behaviours (since when does one eat with a computer by one’s side?) and so on.

But fear yielded to admiration. When I realised that you gave your energy and time, not to play on your computers (even though I know you do that too ;-)), but making sure that the Internet remains a common property, free of constraints, and accessible to the greatest number.

And I have seen several concrete cases.

The latest being last Sunday, while the Hackathon was happening between these very walls, when I saw developers being able to master new techniques and being able to create an app in only a few hours. We are not talking about a website here, but applications able to interact with a device (a phone in this case) and to behave just like a traditionnal application. Enabling the largest amount of people to achieve such things is exactly the motive for Mozilla and its community.

And today I can’t do without you. And I also know, you should be aware of it, that Mozilla can’t do without you either!

Mozilla has about 800 employees, and moreover some hundreds of thousands, maybe millions of volunteers all over the world.

Without the community, Mozilla would not be what it is! It has to be clear, the employees alone can’t make the company work. Try competing with Microsoft, Apple, or Google when your budget is roughly equivalent to their cafeteria budget…

Students, employees, retired people, and so on, we all have other activity elsewhere.

Despite those other activities, we share a common passion that Mozilla enables us to express.

Mozilla is the possibility to search for a solution to a problem on the Internet from Paris, find the answer in Japan, thanks to a Tunisian contributor.

Mozilla is volunteers who stick to sharing values, exchange and openness such as those we can find in free software and that lead to the invention of the Internet and the Web. For those, Mozilla gives access to resources such as this space, but not only.

For instance, thanks to Mozilla, I was lucky enough to spend a week in Senegal with four employees. During this week we toured the IT universities in Dakar to teach about Internet-related technologies and understand their needs…

Mozilla is Palestine and Israël gathered during common events! Just as Balkans, Greece, and Turkey, thanks to Mozilla.

Last year the « Mozilla Reps » programme was created. To this day, we count 363 official Mozilla representatives, all of the volunteers, over the World. From France to Burma, Bangladesh, Peru, Uganda, or a closed country such as Zimbabwe where a « Reps » can benefit from help coming from the whole World.

But keep in mind that those « Reps » are only the tip of the iceberg. Most of the community consists of discreet people.

I am here to talk tonight, because most of them are too shy or modest to do it themselves.

In this community, there is space for everyone and all sorts of contributions: the « core contributors » whose contributions are on par with those of employees except they are not looking to be employed (or are students or retired persons as it often happens); the active contributors, the temporary… But let us not forget about Firefox (and soon Firefox OS) users who belong to the Mozilla family because they made an ethical choice.

Tonight, if you are not a contributor yet, I invite you to join us. We are friendly, have space for everyone and contributions for everyone wishing to help.

Mozilla does not only care about engineering, developers, beared geeks and technical people. Mozilla also cares about education and created a tool we call « Webmaker » which enables youngsters and their parents to learn how to make the Web.

But generally speaking, in terms of contributions, we can cater to every taste. You can help with documentation, design, beta-testing, bug reporting, be Mozilla’s face during events, and the list goes on.

Each of those contributions is noted and can be highlighted to companies or future employers. And what an experience!

The most important being: by contributing, you play your part and know that things are changing for the better.

I would like to mention those who often are the « core » of local communities: the localizers. It’s a word used in Mozilla to say translators. As of today, Firefox exists in 93 languages. And this thanks to volunteers!

93 languages means that 93 groups of people can get easier access to the Internet, and go beyond the language barrier.

In Africa, we have volunteers translating Firefox into Peul and Songhay… hence people from those groups will be able to browse the Internet, and get access to the World.

So I have spoken a lot about various countries since the beginning of my speech, but only a little about France.

The French-speaking community occupies a special place. It was one of the earliest to be created and among our members are a few « dinosaurs », always eager to welcome newcomers.

This community keeps growing! Both in headcount and area covered! It consists of Belgium, Switzerland, Québec, but also Lebanon, Mauritius, Tunisia, Morocco, Algeria, Senegal, Ivory Coast, Chad, Burkina-Faso, and soon Togo and Madagascar.

Together, and day after day, we  share, enrich, and help each other. Together, we also have a lot of fun.

We will all gather in two weeks for the first time here in this office. We will share our experience and set various workshops and course material that we will be able to use. If the visas are cleared of course. »

Pre Summit : mon compte-rendu

Par défaut

Quand je vous disais que le mois de juin avait été riche en événements au sein des nouveaux bureaux de Mozilla à Paris… A peine la semaine d’inauguration s’était-elle achevée, qu’un nouvel événement d’importance avait lieu : le Pre Summit.

En effet, en octobre prochain aura lieu un « Summit » c’est-à-dire un rassemblement de Mozilliens du monde entier. Le dernier en date a eu lieu à au Canada en 2010. Et depuis, point de summit, mais des « Mozcamp » par continent. Pour une raison simple : la Communauté n’a eu de cesse ces dernières années de s’agrandir, de manière exponentielle.

Sauf que Mozilla a vraiment envie de donner une chance à ses contributeurs et employés de se retrouver, tous continents confondus. D’où l’organisation d’un nouveau Summit ! Seulement, la Communauté étant trop importante désormais, et les lieux pouvant l’accueillir trop petits, le Summit d’octobre 2013 sera réparti en trois villes : Bruxelles, Toronto et San Francisco. Avec une loterie permettant aux contributeurs de n’être pas forcément au plus près de leur lieu de résidence.

Tout ceci est organisé depuis 6 mois. Les contributeurs ont été invités, via « Mozillians » à s’inscrire. Et désormais, maintenant que les villes, les hôtels, la logistiques à proprement parler, est en marche, il faut travailler sur le contenu.

C’est pourquoi, Mozilla a organisé un « Pre Summit » les 15 et 16 juin, dans les bureaux de Mozilla à Paris. Et j’ai eu l’honneur d’y être invitée, aux côtés, pour la France, de David Scravaglieri (le manager de Firefox OS pour l’Europe) et de Laurent Jouanneau (contributeur de longue date et fondateur de Xul.fr). Et aux côtés de contributeurs du monde entier, et de très nombreux employés. En tout, nous étions environ une centaine.

Ce week-end a été enrichissant et éclairant à bien des égards !

Il s’agissait de définir des thèmes, de déterminer ce sur quoi ce futur Summit devrait être orienté. A quoi il devrait servir. Car il devra être plus qu’un simple rassemblement de Mozilliens : Mozilla est une association, elle ne peut perdre de l’argent dans un simple divertissement. Elle doit aussi s’assurer que cet événement servira à tous ceux qui y participeront.

Nous étions donc tous là, ravis de nous retrouver ou de faire connaissance. Heureux de voir que Mitchell et Debbie Cohen, et bien d’autres, étaient là. Et très vite, nous avons compris que ce week-end était celui où Mozilla voulait tous nous entendre, et même plus que cela, nous écouter.

A travers différents ateliers, nous avons discuté, appris les uns des autres, partagé notre vision de Mozilla. Et nous avons, tout simplement, dit ce que nous avions sur le cœur.

Car nous ne vivons pas dans un monde idyllique. Et si la philosophie de Mozilla nous réunit, il n’en reste pas moins vrai que ce projet peut être source de frustrations, d’agacement, pour nous tous qui lui donnons tant d’énergie.

Alors voici, pêle-mêle, et en quelques points, ce que je retiens de ce week-end, qui restera très important pour la suite de mon engagement dans la Communauté :

- Melek, Gloria (de Colombie), Arturo (du Venezuela) et moi avons profité de ce week-end pour confier notre désarroi quant au fait que Webmaker ne soit pas localisable. Je ne vous cache pas que plusieurs personnes ont été surprises de l’apprendre. Ce qui est bien le signe que Mozilla a beaucoup grandi : il est évidemment impossible de tout savoir. Et nous étions dans notre rôle de Reps en signalant ce qui est pour nous un véritable problème. Car les attentes autour de Webmaker sont nombreuses, à juste titre ! Ce projet est tellement enthousiasmant ! Mais comment enseigner effectivement ce qu’est Internet à des enfants, lorsqu’ils ne parlent pas anglais, et que les outils que nous leur proposons, eux, sont en anglais.

En France, le Ministère de la Culture serait intéressé pour élaborer une sorte de partenariat autour de Webmaker. Mais nous ne pouvons pour le moment que leur répondre par la négative : les petits Français de moins de 10 ans (et même plus en fait :D) ne pourraient pas s’en servir.

L’anglais est une barrière pour un grand nombre d’entre nous.

- C’est d’ailleurs un point que nous avons soulevé en nombres : en tant que Reps, à l’écoute de nos communautés respectives, nous avons fait part du sentiment diffus que Mozilla est trop « américano-centré », que les cultures autres qu’américaine peinent parfois à trouver leur place.

Tous les Reps se plaignaient. Et dans les jours et les mois à venir, nous serons donc là pour nous assurer que nos cultures sont prises en compte. MAIS il y a une chose qui m’a touchée, c’est justement que nous avons pu en parler. Et que nous nous sommes sentis écoutés.

Qui d’autre que Mozilla réunirait dans une même salle des bénévoles et des employés, parmi les plus hauts placés, de Mozilla ? Nous avons pu échanger avec tous les directors présents, Debbie Cohen, Mitchell Baker et j’en passe. Et nous avons pu leur expliquer nos contrariétés. Personnellement, je trouve ça fantastique !

Mozilla compte quelque 800 employés et des milliers de contributeurs. Elle propose des outils utilisés par des millions de personnes dans le monde, et elle se préoccupe tout de même de nous entendre, et aménage des moments où nous pouvons nous confier. C’est unique et bouleversant !

Il y a eu des moments forts, et les anglophones ont montré combien ils étaient prêts à faire des efforts : chaque fois qu’ils parlaient trop vite, nous, non anglophones, levions la main pour qu’ils ralentissent. Et ça a marché ! C’était un moyen simple et efficace de provoquer une prise de conscience.

- Plus généralement, un très gros point très rapidement abordé par des contributeurs (dont je faisais partie) fut notre sentiment d’être délaissés de plus en plus par les employés. L’impression de ne pas être reconnus pour notre travail, et de ne pas être aidés.

Ces derniers mois, en tant que Reps nous avons entendu tant de plainte de la part de nos contributeurs, reçu tant de menaces de départ… C’est pourquoi, vraiment, ce week-end a été indispensable. Moi, il m’a regonflée à bloc, m’a rappelé pourquoi je contribue à Mozilla, et pourquoi nous pouvons tous être fiers de faire partie de la Communauté Mozilla.

Pour autant, plusieurs personnes ont essayé d’apaiser les tensions naissantes autour du clivage employés/contributeurs que nous, Reps, évoquions, en rappelant que nous sommes tous des « Mozilliens ».

C’est vrai ! Nous sommes tous des Mozilliens. Mais il est impossible de ne pas faire le distingo entre employés et bénévoles. En tant que bénévoles, nous donnons de notre temps EN PLUS de notre travail. C’est pourquoi je pense vraiment que les contributions devraient être mieux valorisées. Et c’est vrai que nous avons besoin de la reconnaissance et de l’aide des employés. Car pour nous tous, ils sont notre point d’entrée, ceux qui ont les mains dans le cambouis et peuvent nous guider.

Pour autant, j’ai entendu ce que m’ont dit des employés, touchés et peinés de ce que nous leur disions car ils avaient le sentiment de faire de leur mieux, de nous mettre tout ce qu’ils peuvent à notre disposition, et ce n’est pas faux à mon sens !

Car tout de même, vous avez vu les nouveaux locaux du bureau de Paris ?
Et le budget que Mozilla nous a accordé pour notre meetup francophone ?
Et le Summit ?

Alors oui, en tant que contributeurs, nous ne sommes pas là pour nous laisser dicter notre conduite, nous ne sommes pas une simple « main d’oeuvre » à disposition pour faire tout ce que les employés n’ont pas le temps de faire.
Et oui, nous sommes tous conscients qu’il y a des différences entre employés et bénévoles. Mais nous avons des employés qui nous sont dédiés, et en organisant le Summit, Mozilla montre qu’elle veut que ses employés nous rencontrent et apprennent de nous.

 

Et ça, c’est extraordinaire !

Quant au fait que nous nous sentons délaissés parfois par les employés :

D’abord, ne généralisons pas ! N’oublions pas tous les employés qui s’occupent de nous, tous ceux qui répondent sans cesse à nos questions sur IRC, nos mails, etc. Et ils sont nombreux.

Un nouveau système a été créé, celui des Reps. Et je n’ai de cesse d’être admirative de la disponibilité de William, Pierros, Konstantina et Brian. Ils ont le sens de la Communauté, et sont de merveilleux traits d’union. Ce système Reps, c’est aussi la preuve de l’importance que Mozilla accorde à sa Communauté : un système mondial, au plus près de nos besoins, et qui met tant de moyens à notre disposition !

Enfin, posons-nous la question : qu’est-ce qui est le plus important ? Que les employés viennent à nos événements ou qu’ils produisent les meilleurs outils qui vont nous bénéficier à tous ? Dans le cas de Firefox OS, Vivien (le Gaia Tech Lead) me dit toujours, et je pense qu’il a raison, que ce qu’il est en train de faire est la plus grosse contribution qu’il fera jamais, son plus gros cadeau à la communauté. Et je suis d’accord avec lui !

A nous d’accepter que les employés ne peuvent pas toujours être à notre disposition. Ils ne sont pas à notre service, enfin, certains le sont, mais pas tous. Et en tant qu’employés ils ont des contraintes qui ne sont pas les mêmes qu’un contributeur (en termes de rendement, de productivité, etc.). Donc c’est normal qu’ils ne répondent pas toujours dans la seconde. A nous d’être patients, et de les harceler ;-) Et puis n’oubliez pas que les Reps sont aussi là pour vous aider, et assurer l’interface.

Après, nous sommes tous d’accord qu’il est parfois difficile de savoir à qui s’adresser, d’obtenir des informations, etc. Mozilla est devenu tellement immense ! Et ce n’est qu’un début !

C’est pourquoi, nous avons réfléchi pendant ce week-end à des meilleurs outils nous permettant de mieux interagir tous ensemble, de mieux nous connaitre. De meilleurs outils, et moins nombreux. Parce que cela devient vraiment difficile de suivre tout ce que propose Mozilla ! (J’ai évidemment poussé mon coup de gueule habituel contre Bugzilla, le repoussoir à M. et Mme Michu :D).

Je voudrais vraiment remercier tous les employés pour leur patience. Je sais que ce week-end, surtout le samedi, passé à entendre nos récriminations a dû être douloureux parfois. Mais cela n’a pas duré !

 

- Car c’est cela la magie de Mozilla ! Le dimanche, lorsque le moment fut venu de proposer des solutions constructives pour que nous travaillions mieux tous ensemble, tout le monde a œuvré main dans la main. Oubliées les tensions de la veille ! Nous étions tous réunis par un seul but, faire de ce Summit un succès, un moment de bonheur pour tous les participants, comme le point de départ d’une nouvelle ère.

Tous, nous avons proposé des thèmes, des ateliers. Notamment quant aux moyens d’accueillir de nouveaux contributeurs, de les faire se sentir à l’aise, et de garder également les plus anciens. Tous nous avons travaillé dans une même direction, autour d’un unique thème ô combien essentiel : le futur de Mozilla. Tous nous avons commencé à en débattre, et à le bâtir. Et  nous continuerons pendant le Summit. Un Summit qui sera vraisemblablement très différent de ce que nous avons connu jusqu’ici : moins de conférences, et plus d’échanges, de groupes de réflexion.

C’est d’ailleurs ce que nous avons commencé à faire pendant ce week-end : nous sommes tous creusés la cervelle, avons échangé. Et nous avons vu à quel point ce mélange d’expériences et de cultures était incroyablement productif. Tous nous sommes repartis le sourire aux lèvres, et le sentiment du devoir accompli.

 

Qu’il a été beau ce dimanche ! Et qu’il sera beau ce Summit !

Photo : Ioana

PS : un grand merci à Kate, Mardi et Luciana pour leur organisation. Parfaite ! Nous avons vraiment de la chance de les avoir.

Et merci à Dino pour son énergie communicative !

 

PS2 : ne manquez pas également le remarquable compte-rendu de Melek, de Mozilla Tunisie.

The Mozilla Paris office has officially opened its doors! (en)

Par défaut

A huge thanks to Matt Brubeck and to FredB for the translation!

… Yes, I know, that happened a month ago. But in the meantime, as you’ll see in the following blog posts, we have all been quite busy. This report is just the first of a long series. Because this June at Mozilla, and in Paris especially, was absolutely crazy!

The month opened with fanfare for a well-attended event: the inauguration of Mozilla’s new Paris office.

And what an office! Judge for yourself:

Yes, the gold leaf is impressive and might seem a departure from the spirit of Free Software. But this is not how I see things! To me, the gilded ornamentation and the immense new space signify the important Mozilla places on its employees, and above all on its community. Because this is not just an office: it is a community space. Mozilla has in fact dedicated a large part of the office space to the community. The ballroom (the most beautiful room, no less!) is designed to welcome all who wish to organize events around Mozilla and its mission, and additionally any volunteers who want to come and work hand-in-hand with employees contributing to the Mozilla project.

Thus, the week of the inauguration began with a Firefox OS Hackathon.

  • Sunday: the hackathon

Firefox OS, as you surely know, is one of the most inspiring projects in recent years. And the fantastic thing for the French and francophone community is that an entire team is based in the Paris office: the team working on Gaia, the frontend of Firefox OS.

And this team pays attention to its community, as they showed during this latest hackathon, which demonstrated the endless possibilities of Firefox OS.

Since the web is the platform, Firefox OS offers huge opportunities for all web developers. Now anyone who wants to can create their own application and list it on the marketplace. What do you need? Some creativity, some ingenuity, and knowing your audience!
So the office opened its doors on Sunday at 9 AM. (I won’t deny that it was challenging for most to wake up this early, especially on a Sunday!). The event started with three presentations, which aimed at answering as many questions as possible and making attendees comfortable with the tools:

- Anthony Ricaud, who belongs to the Gaia team, introduced how an app works on the technical side. In other words, what are the prerequisites before you get started developing one.

- Jérémie Patonnier, valued contributer and documentation specialist, showed where all the information about Firefox OS, the documentation, and tutorials can be found.

- Finally, Antoine (aka GeekShadow) showed us how to publish an app on the marketplace.

Regarding this, I would like to sincerely thank Jérémie and Antoine for their availibility. We were short of presenters in the office for the marketplace conference, and Antoine being the excellent contributor he is, offered to come all the way from Saint-Nazaire. His presentation was flawless. Not really suprising given that Antoine knows his stuff since he already published applucations. Based on this experience, he stayed the whole day and shared with the hackathon attendees. Same thing about Jérémie, becoming more and more unavoidable in the community: he doesn’t keep count on contributed hours and always comes up with the best advice. His thorough knowledge about documentation is worth a lot to us.

But Anthony, Antoine, and Jérémie weren’t the only ones to be here for the event. Ben Francis (Gaia Developer living in England), Vivien (Gaia Tech Lead), Yoric (Mr. Mozilla Education in the Paris Office), David Scravaglieri (Firefox OS manager in Europe), Adrian, Mat’, Nical, Padenot, and Pascal were all there to help the attendees. Dressed as the Smurfs (due to their blue Firefox OS tee-shirt), they spent their day answering the questions of some 50 developers.

The success of this hackathon is most certainly due to their availability. In the end, no less than 24 applications were created! And in a limited period of time (roughly 7 hours) with, let’s be honest, big Wi-Fi issues (which was the negative point of this day).
24 applications and 6 winners elected by our brilliant jury consisting of David Scravaglieri, Vivien Nicolas, Jérémie Patonnier (both a talented developer and a design expert), Adrian Gaudebert (our resident game specialist), plus Brad Fuellenbach and Mathew Caldwell from Mozilla HR. No less! They voted upon three criteria: originality, responsiveness, and design.

This hackathon of course was only the first of a series of events about Mozilla products. Do not hesitate to tell us which product you would like to be covered!

I would like to thank all the attendees for their seriousness (we could have heard a pin drop), but also for their joy and their talent. I would like to thank our Smurfs for the time they spent, showing how great our community is, especially Yoric, who gave a lot in this event by contacting schools and students.
Finally, a big thank you to the organisers: Amié Tyrrel and Kimber who helped from the USA. Thank you Shannon Clayton and Clara Carle, our Parisian office hosts and good fairies. You will soon figure out that they kept on rocking the following days.
  • Tuesday: the Community
The hackathon was just an introduction to an entire week, dedicated to the opening of this highly-anticipated office. Why a week? Simply because even so large a space could not accomodate more than a hundred or so people at a time. And Mozilla has many more friends than that!

So it was decided to split the inauguration parties in order to welcome as many people as possible. And to meet everyone’s expectations. I had the fortune ot partipate in all of the parties and thus offer you a little summary (now that the effects of the champagne I drank each night have evaporated).

Tuesday’s soiree was the one closest to my own heart: one dedicated to the Community. Amié created an Eventbrite page, and opened it to everyone who wanted to contribute, and of course those who already do. They are many!

So we were like one big family that Tuesday. A beautiful family, joined by the bonds of Free Software and love for Mozilla. A familly welcomed of course by Tristan Nitot (who else?) who in a speech recounted the path that Mozilla Paris has traveled, starting in his garage and ending up in this office today.

For the occasion, Mozilla had berets made for the guests. (« Béret » is also the name of one of the rooms in the new office. It is adjacent to « Marcel, » and farther away are « Baguette, » « Saucisson, » and « Ouh La La. » You see, the employees from the Paris office have their sense of humor!) The beret looked marvelous on our dear Tristan!

For the occasion, and for the entire week, I dressed myself in an outfit worthy of a meringue. Orange, with a blue shawl, and an awesome handbag with a fox’s head. Honestly, what wouldn’t I do for Mozilla?!!

It was in this outfit that I gave my speech on the Community. This Community that I love so, and that makes me feel so great. I’ll put the text of the speech in a blog post to follow, since several people have asked me for it.

And because the Community is curious about the latest news. Because there are always many questions and the employees are often overloaded, they took this opportunity to present the latest projects developed by Mozilla:

- Firefox OS, of course, was presented by David Scravaglieri, who then answered the avalanche of questions with good humor. This gave rise to some flavorful exchanges.

- WebRTC was presented by Jean-Baptiste Piacentino, who gave a little demonstration with the help of Florian Quèze.

- Lastly, Webmaker was given an extremely comprehensive presentation by our brilliant Clochix, a contributor who is enthusiastic about issues of education, and who knows Webmaker like the back of his hand. We thank him again for making himself available and for sporting the beret!

Next? Well, there were toasts offered again and again in honor of Mozilla, ardent conversations, happy faces, hugs. The Community’s pleasure at discovering this space which Mozilla has made available to them. And already some ideas for more Free Software events.

  • Wednesday: Mozilla’s Economic Role

On Wednesday the festivities continued around a new theme. At Tristan’s excellent suggestion, Mozilla invited various participants in Free Software and the internet industry. But also from the schools who are training the future participants in the digital economy.

Why? Because Mozilla was eager to assure them that these tools are at their disposal. That Free Software is not a utopia. That partnerships are possible. That Mozilla will always be there to carry the torch of Free Software and help with its development.

With Firefox OS, Mozilla has started building partnerships with industry giants like Telefónica and Deutsche Telekom. But Mozilla’s DNA remains intact. This was also the message that Tristan Nitot wanted to send to our friends in the Free Software world.

This was a very informative evening, driven by a number of question. And one certainty: Free Software has a bright future ahead.

And don’t forget: Mozilla is hiring!

  • Thursday: VIP party

With such an office, Mozilla wanted to pull out all the stops, and to show that Google and company are not the only important internet players in France. Because Mozilla is here!

Mozilla is still growing in France, hiring new employees, making more resources available to the Community. This evening’s soiree was intended to put that on display.

An evening for which everyone dressed in their Sunday best. And for that alone, beleive me, it was worth it! How lovely to see all these geeks dressed in jackets, suits, and for the bravest, even dress shoes! I was delighted.

Representing Mozilla were, of couse, Tristan Nitot, but also Debbie Cohen and Mitchell Baker! Together they welcomed our special guest: Fleur Pellerin, French Minister for the Digital Economy, who honored us with a speech in which she showed fairly good knowledge of Free Software. But most importantly, by her presence, she demonstrated her recognition of Free Software’s importance. The fact that she was present at this event is a powerful symbol.

Fleur Pellerin was even available for a bit of cake-cutting alongside Mitchell Baker (who also treated us to a speech with her characteristic confidence).

As you can see, this week was packed, not just with champagne and petits fours, but also with chance encounters, budding plans, fruitful discussions, and messages of hope for Mozilla’s future, and for Free Software in general. Personally, I hope that the Community clearly saw that this space is now ours. And that we will be able to do beautiful things there.

I’d like to thank Tristan Nitot for the inception of Mozilla Europe, and for his continuing strong guidance of Mozilla France. He is the one who made this Mozilla Paris space possible by welcoming the first European Mozilla employees into his garage. And believing in it for all these years. And enabling the hiring of new employees. And making himself available to the Community.

Thank you to Pascal, Filip, Cédric, Goofy, Laurent, Benoît, Kazé, Frédéric, Flore, Bobo, and Paul Rouget: they created the francophone community and they continue ot be there for it after all these years.

And big thanks also to the Gaia team in Paris: it is a great pool of talents, and a beacon for the French-speaking Community.

Thanks again to Amié, Kimber, Shannon, and Clara: they worked organizational miracles, and in such a short time!

And finally, thank you to Debbie Cohen and Mitchell: by their presence and their involvement, they once again broadened the field of possibilities.

So the office has now officially opened its doors. We wish it a long and happy life!

Mon discours pour la soirée d’inauguration des bureaux de Paris

Par défaut

Comme promis, voici donc le discours que j’ai prononcé lors de la soirée d’inauguration des nouveaux bureaux de Mozilla Paris. Un discours qui avait tout simplement pour thème la Communauté.

 » Bonsoir tout le monde,

Alors ce soir je suis en ici en fait pour parler… de vous ! Vous, adeptes du Logiciel Libre et membres, pour la plupart, de la communauté Mozilla.

Cette communauté qui réunit employés et bénévoles.

Ensemble, nous formons une famille, une communauté à l’image de la communauté de l’Anneau (dans le Seigneur des Anneaux) qui réunit des personnes d’horizons très divers mais réunis par des valeurs communes et un objectif commun, dans notre cas le Manifeste Mozilla :

“Le projet Mozilla est une communauté mondiale de personnes qui pensent que l’ouverture, l’innovation et la saisie des chances qui nous sont offertes sont les clés de la vitalité d’Internet. Nous travaillons ensemble depuis 1998 pour nous assurer qu’Internet se développe d’une manière qui bénéficie à tout le monde.  (…)

Le Projet Mozilla utilise une approche communautaire pour créer un logiciel libre d’envergure mondiale et pour développer de nouveaux types d’activités collaboratives. Nous créons des communautés qui s’impliquent pour rendre l’utilisation d’Internet meilleure pour chacun de nous.

Les buts du Manifeste :

  1. élaborer un idéal d’Internet que les participants au Projet Mozilla veulent que la Fondation Mozilla s’efforce d’atteindre ;
  2. communiquer avec les personnes, qu’elles aient ou pas des qualifications techniques ;
  3. rendre les contributeurs de Mozilla fiers de ce que nous faisons et nous motiver à continuer ;
  4. fournir un canevas à d’autres pour faire avancer cette vision d’Internet.”

Voilà. Pour nous tous, Internet est une ressource publique mondiale qui doit demeurer ouverte et accessible, et qui doit enrichir la vie de tout le monde.

Ces valeurs sont belles, et en fait essentielles. Et c’est pour ça que ce soir je tenais à vous dire à quel point je vous admire pour tout ce que vous faites pour Internet et nos libertés.

Pourtant, je dois bien admettre qu’au début j’ai eu un peu peur de vous. Avec vos t-shirts criards et enfantins, vos mots et sujets de conversation étranges (Quelle est la meilleure “distro” Linux = Ubuntu, Gentoo, Debian, etc. ?), vos manières bizarres (depuis quand mange-t-on à table avec un ordinateur ?!!).  Etc.

Mais la peur a vite cédé place à l’admiration. Lorsque j’ai compris que vous donniez de votre énergie et de votre temps, non pas à jouer sur votre ordinateur (même si je sais bien que vous le faites aussi ;-)), mais bien à vous assurer qu’Internet reste un bien commun, sans entrave, accessible au plus grand nombre.

J’en ai vu les applications concrètes à plusieurs reprises.

Dimanche encore, lors du Hackathon qui a eu lieu dans ces murs, lorsque j’ai vu des développeurs maîtriser de nouvelles techniques et être capables de faire une application en quelques heures. Et on ne parle pas simplement de site web, mais bien d’applications capables d’interagir fortement avec une machine (un téléphone en l’occurrence) et de se comporter comme des applications traditionnelles. Permettre au plus grand nombre d’arriver à faire ce genre de chose c’est exactement le but de Mozilla et de sa communauté.

Aujourd’hui, je ne peux pas me passer de vous. Mais je sais aussi, et vous devez tous en avoir conscience, que Mozilla non plus ne peut pas se passer de vous !

Mozilla, c’est quelque 800 salariés, et surtout des centaines de milliers, des millions de bénévoles à travers le monde.

Sans la communauté, pas de Mozilla ! Eh oui, il faut le dire, les employés seuls ne font pas tourner la baraque : essayez donc de concurrencer Microsoft, Apple, ou Google lorsque votre budget de fonctionnement équivaut au budget cantine de Google…

Étudiants, salariés, retraités, etc. nous avons tous une activité par ailleurs.

Cependant, nous partageons tous une passion commune que Mozilla nous permet d’exprimer.

Mozilla c’est la possibilité depuis Paris de chercher une solution à un problème rencontré sur Internet, et d’avoir la réponse depuis le Japon, grâce à un contributeur Tunisien.

Mozilla ce sont donc des bénévoles qui adhèrent aux valeurs de partage, d’échange et d’ouverture tel qu’on le retrouve dans le logiciel libre et qui ont présidé à la création d’Internet et du Web. Pour eux, Mozilla met des moyens à leur disposition, comme cet espace, mais pas seulement.

Par exemple, grâce à Mozilla, j’ai eu la chance de partie une semaine au Sénégal, avec 4 employés. Pendant une semaine nous avons fait le tour des universités d’informatique de Dakar pour enseigner les technologies Internet, étudier leurs besoins…

Mozilla c’est la Palestine et Israël qui se retrouvent aux mêmes événements ! Tout comme les Balkans, la Grèce et la Turquie, tout cela grâce à Mozilla.  

L’année dernière a été créé un système nommé les “Mozilla Reps”. Il y a aujourd’hui 363 représentants Mozilla, tous bénévoles, à travers le monde, de la France à la Birmanie en passant par le Bangladesh.., le Pérou, l’Ouganda, et même un pays aussi fermé que le Zimbabwe a un “Reps” qui peut bénéficier du soutien de personnes du monde entier.

Mais attention, ces “Reps” ne sont que la partie émergée de l’iceberg : car la communauté Mozilla c’est en grande partie une multitude de gens très discrets.

Je suis là pour vous en parler ce soir, car la plupart sont trop timides ou trop modestes pour le faire.

Dans cette communauté, il y a de la place pour tout le monde et pour tous les types de contributions : les “core” contributeurs dont le travail équivaut à celui des employés sauf qu’ils ne cherchent pas à être embauchés (où sont encore étudiant ou retraités comme cela arrive parfois) ; les contributeurs actifs, les ponctuels… Sans oublier tous les utilisateurs de Firefox (et bientôt de Firefox OS) qui font partie de la grande famille de Mozilla parce qu’ils ont fait un choix éthique.

Ce soir, si vous n’êtes pas un contributeur, je vous invite à nous rejoindre. Il y a de la place pour tout le monde et des contributions possibles pour tout le monde.

Mozilla ne se préoccupe pas seulement de l’ingénierie, des développeurs, des geeks velus, des gens techniques. Mozilla se préoccupe également beaucoup d’éducation et a mis en place un outil nomme “Webmaker” qui permet aux plus jeunes, et à leur parents, d’apprendre à coder le web. Clochix va d’ailleurs vous en parler dans quelques minutes.

Mais plus généralement, en matière de contributions, il y en a pour tous les goûts. Vous pouvez aider à faire de la documentation, du design, être beta-testeur, signaler des bugs, représenter Mozilla lors d’événements, etc.

Et chacune de ces contributions est mentionnée et peut être valorisée, par exemple, auprès des entreprises, d’un futur employeur. Et quelle expérience !

Et le plus important : en contribuant, vous pouvez apporter votre pierre à l’édifice, et voir que les choses changent.

J’aimerais vous dire un mot sur ceux qui constituent souvent le “noyau” des communautés locales : les “localiseurs”. Un mot utilisé chez Mozilla pour désigner les “traducteurs”. Aujourd’hui, le navigateur Firefox existe en 93 langues. Et cela uniquement grâce à des bénévoles !

93 langues, c’est la possibilité pour 93 populations d’accéder plus facilement à Internet, de dépasser la barrière de l’anglais.

En Afrique, nous avons par exemple aujourd’hui des bénévoles qui ont traduit Firefox en peule ou en songhay… Du coup, les membres de ces ethnies vont pouvoir naviguer sur Internet, s’ouvrir au monde.

Alors je vous ai parlé de nombreux pays depuis le début de mon intervention. Et peu de la France.

Et pourtant la communauté française tient une place toute particulière. D’abord, elle fait partie des premières à s’être créées et compte en son sein un certain nombre de « dinosaures », ravis d’accueillir toujours plus de jeunes pousses.

Car elle grandit cette communauté ! En nombre, et en superficie ! la communauté “francophone” s’étend à la Belgique, la Suisse, le Québec, mais aussi le Liban, l’Ile Maurice, la Tunisie, le Maroc, l’Algérie, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Tchad, le Burkina-Faso, et bientôt le Togo et Madagascar.

Ensemble, nous échangeons jour après jour, nous nous enrichissons mutuellement, nous nous aidons. Ensemble nous nous amusons également énormément.

Nous allons nous réunir pour la première fois dans deux semaines, ici, dans ces locaux. Nous allons partager notre expérience et mettre sur pied différents ateliers, différents support de cours que nous pourrons tous utiliser. Si les visas nous le permettent bien sûr. « 

 

Le bureau Mozilla Paris a officiellement ouvert ses portes !

Par défaut

… Bon d’accord, c’était il y a un mois. Mais entretemps, et vous le verrez dans les blogposts suivants, nous avons tous été très occupés. Ce compte-rendu n’est que le premier d’une longue série. Car le mois de juin chez Mozilla, et en particulier Mozilla-Paris, cela a été de la folie !

Et il a commencé en fanfare avec un événement très attendu : l’inauguration des nouveaux bureaux de Mozilla à Paris.

Et quels bureaux ! Jugez plutôt :

Photo : mozillaeu

Alors, oui, les dorures sont impressionnantes et peuvent sembler éloignées de l’esprit du Logiciel Libre. Mais ce n’est pas comme ça que je vois les choses ! Pour moi, ces dorures, cet espace immense, c’est le signe de l’importance que Mozilla accorde à ses employés, mais surtout à sa communauté. Car ce n’est pas un simple bureau, non. C’est un espace communautaire. Mozilla dédie en effet une grande partie de ce bureau à la communauté. La salle de bal (en fait, la plus belle salle, excusez du peu !) est destinée à accueillir tous ceux qui veulent venir organiser des événements autour de Mozilla et de sa philosophie, et plus généralement, tous les bénévoles qui ont envie de venir contribuer, travailler main dans la main avec les employés.

C’est pourquoi, la semaine d’inauguration a commencé le dimanche avec un Hackathon Firefox OS.

  • Dimanche : le hackathon

Firefox OS, cela ne vous aura évidemment pas échappé, est l’un des projets les plus enthousiasmants de ces dernières années. Et ce qui est génial pour la communauté française, et plus largement francophone, c’est qu’une équipe entière est basée au bureau de Paris. Une équipe qui travaille sur Gaia, le frontend de Firefox OS.

Et une équipe qui est à l’écoute de sa communauté, ainsi qu’elle l’a prouvé lors de ce nouvel hackathon. Et qui a démontré les infinités possibilités de Firefox OS.

Car comme le web est la plateforme, Firefox OS offre d’immenses opportunités à tous les développeurs web. Désormais, tous ceux qui le souhaitent peuvent créer leur propre application et la mettre sur le marketplace. Ce qu’il faut ? De l’inventivité, de l’ingéniosité, et connaître son public !

Le bureau a donc ouvert ses portes dimanche à 9h (je ne vous cache pas que cela a été difficile pour tout le monde de se lever aussi tôt, un dimanche de surcroit !). L’événement a commencé par trois conférences, qui étaient là pour répondre au maximum de questions et mettre les participants le plus à l’aise possible avec les outils :

- Anthony Ricaud, membre de l’équipe Gaia, a présenté comment fonctionne une application techniquement parlant. Ce qu’il faut savoir avant de commencer à en développer une, les prérequis.

- De son côté, Jérémie Patonnier, contributeur émérite, spécialiste de la documentation, a montré où trouver toutes les informations sur Firefox OS, la documentation, les tutoriels, etc.

- Et enfin, Antoine (alias GeekShadow) a décrit comment mettre une application sur le marketplace.

A ce sujet, je voudrais vraiment remercier Jérémie et Antoine pour leur disponibilité. Nous n’avions personne au bureau pour faire la conférence sur le marketplace, et Antoine, en excellent et adorable contributeur qu’il est, s’est proposé et est venu spécialement de Saint-Nazaire. Sa présentation a été parfaite. Il faut dire qu’Antoine savait de quoi il parlait puisqu’il avait déjà proposé lui-même des applications. Fort de cette expérience, il en a d’ailleurs fait profiter les participants au hackathon toute la journée. Idem pour Jérémie, chaque jour plus indispensable à la Communauté : il ne compte pas ses heures et est toujours de bons conseils. Et ses connaissances en matière de documentation nous sont plus que précieuses.

Mais Anthony, Antoine et Jérémie n’étaient pas les seuls à avoir fait le déplacement pour encadrer les participants. Nous avons également pu compter sur Ben Francis (développeur Gaia qui vit en Angleterre), Vivien (Gaia tech lead), Yoric (le Monsieur Mozilla Education du bureau de Paris), David Scravaglieri (le manager de Firefox OS en Europe), sans oublier Adrian, Mat’, Nical, Padenot et Pascal. Tous se sont mués en « Schtroumpfs » (car tous devaient porter un t-shirt bleu estampillé « Firefox OS »), et ont passé la journée à répondre aux questions des quelque 50 développeurs présents.

3 de nos « Schtroumpfs » : GeekShadow, Vivien et Ben

Leur disponibilité a sans conteste participé au succès de ce hackathon. Car au final, 24 applications ont été produites ! En un temps restreint (environ 7 heures), et avec, il faut bien le reconnaître, de gros problèmes de WiFi (ce qui est véritablement le point noir de cette journée, ainsi qu’ils nous en ont fait part dans le debriefing que nous avons organisé par la suite, via un pad).

24 applications et 6 vainqueurs désigné par notre merveilleux jury composé de David Scravaglieri, Vivien Nicolas, Jérémie Patonnier(à la fois développeur de talent et expert en design), Adrian Gaudebert (notre spécialiste Jeux), mais aussi Brad Fuellenbach et Mathew Caldwell des Ressources Humaines de Mozilla. Rien que ça ! Ils ont noté les applications selon trois critères : l’inventivité, la rapidité (fluidité), et le design.

Le vainqueur avec le Président du Jury

Cet hackathon n’était bien sûr que le premier d’une longue série d’événements consacrés aux produits Mozilla. N’hésitez pas à nous faire savoir si un événement vous intéresserait en particulier !

Pong Arena, jeux victorieux élaboré par Dreamirl

Je tiens à remercier tous spécialement tous les participants pour leur sérieux (on aurait pu entendre une mouche voler !), mais aussi leur bonne humeur, et leur talent. Je remercie également tous les « Schtroumpfs » qui ont donné de leur temps, et montré à quel point la Communauté est belle, notamment Yoric qui s’est donné à fond pour cet événement, contactant des écoles et des étudiants.

Et puis, un merci tout particulier aux organisateurs : merci à Amié Tyrrel et à Kimber qui ont tout organisé depuis les Etats-Unis. Et merci à Shannon Clayton et à Clara Carle, nos office hosts parisiennes, nos bonnes fées. Et vous allez voir qu’elles ont continué de faire des étincelles, les jours suivants.

  • Mardi : la Communauté

Le hackathon n’était donc que l’introduction d’une semaine entière consacrée à l’inauguration de ces bureaux tant attendus. Pourquoi une semaine ? Tout simplement parce que même si les locaux sont grands (et même très grands), ils ne peuvent accueillir plus d’une centaine de personnes à la fois. Et les amis de Mozilla sont bien plus nombreux que ça !

Il a donc été décidé de fractionner les soirées d’inauguration afin d’accueillir le plus grand nombre de personnes possibles. Et de répondre à toutes les attentes. Et j’ai eu la chance de participer à toutes les soirées et de pouvoir donc vous en faire un petit compte-rendu (maintenant que l’effet du champagne que j’ai bu chaque soir s’est évaporé ;-)).

Mardi a eu lieu la soirée qui me tenait indéniablement le plus à cœur : celle dédiée à la Communauté. Un Eventbrite avait été créé par Amié, et ouvert à tous ceux qui voulaient contribuer, et bien sûr, à ceux qui le font déjà, et ils sont nombreux !

Nous étions donc en famille ce mardi. Une belle famille, soudée par la philosophie du Logiciel Libre et l’amour pour Mozilla. Une famille évidemment accueillie par Tristan Nitot (qui d’autre pour le faire ? :D) qui dans son discours a rappelé le chemin parcouru par Mozilla Paris, depuis son garage jusqu’à ces bureaux aujourd’hui.

Tout le monde écoute le discours de Tristan (photo : mozillaeu)

Pour la circonstance, Mozilla avait fait faire des bérets pour les convives (« béret » c’est d’ailleurs le nom de l’une des salles des nouveaux bureaux. Cette salle est attenante à « Marcel », et éloignée de « Baguette », « Saucisson » ou « Ouh La La ». Vous l’aurez compris, les employés du bureau de Paris ont le sens de l’humour !). Un béret qui allait à merveille à notre cher Tristan !

La classe ! (photo : mozillaeu)

Pour la circonstance, et pendant une semaine, j’ai revêtu pour ma part une tenue digne d’une meringue. Orange donc, avec une étole bleue, et un super sac à main à tête de renard. Franchement, qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour Mozilla ?!!

Ah oui, vraiment, qu’est-ce qu’on ne ferait pas ?! (photo : mozillaeu)

C’est dans cette tenue que j’ai prononcé un discours sur la Communauté. Cette Communauté que j’aime tant, et qui me le rend bien. Je mettrai le texte de ce discours dans un blogpost suivant, ainsi que me l’ont demandé plusieurs personnes.

Et parce que cette Communauté est curieuse des dernières nouveautés. Parce que les questions sont toujours nombreuses et les employés souvent débordés, ils ont profité de cette soirée pour présenter les derniers outils développés par Mozilla :

- Firefox OS, bien sûr, a été présenté par David Scravaglieri qui a ensuite répondu à l’avalanche de questions avec humour. Ce qui a donné lieu à de savoureux échanges.

David (photo : mozillaeu)

- WebRTC a été présenté par Jean-Baptiste Piacentino, qui a fait une petite démonstration avec la complicité de Florian Quèze.

JB (photo : mozillaeu)

… Et Florian

- Enfin, Webmaker a donné lieu à une présentation extrêmement complète par notre brillantissime Clochix. Un contributeur passionné par les questions d’éducation qui connaît Webmaker sur le bout des doigts. Merci encore à lui de s’être rendu disponible et d’avoir même arboré le béret !

La suite ? Eh bien ce furent des toasts portés encore et encore en l’honneur de Mozilla, des conversations passionnées, des visages heureux, des embrassades. Le plaisir pour cette Communauté de découvrir cet espace que Mozilla met à sa disposition. Et déjà des idées d’événements autour du Logiciel Libre.

  • Mercredi : Mozilla, acteur économique

Le mercredi, les festivités se sont donc prolongées autour d’un nouveau thème. Sur une bonne idée de Tristan, Mozilla a invité différents acteur du Logiciel Libre et de l’économie numérique. Mais aussi les écoles qui forment les futurs acteurs du numérique.

Pourquoi ? Parce que Mozilla tenait à les assurer que ses outils sont à leur disposition. Que le Logiciel Libre n’est pas une utopie. Que des partenariats sont possibles. Que Mozilla sera toujours là pour porter la voix du Logiciel Libre et pour aider à son développement.

Avec Firefox OS, Mozilla tisse désormais des partenariats avec de grands acteurs que sont Telefonica ou Deutsch Telecom. Mais l’ADN de Mozilla demeure intact. C’est aussi le message qu’a voulu faire passer Tristan Nitot à nos amis du Logiciel Libre.

Ce fut une soirée très instructive, portée par un certain nombre de questionnements. Et une certitude : le Logiciel Libre a un bel avenir devant lui.

Et n’oubliez pas : Mozilla recrute !

  • Jeudi : soirée VIP

Avec de tels bureaux, Mozilla a eu envie de mettre les petits plats dans les grands, et de montrer que Google et consorts n’étaient pas les seuls acteurs numériques d’importance en France. Car Mozilla est là !

Mozilla qui n’a de cesse de grandir en France, d’embaucher de nouveaux employés, de mettre plus de moyens à disposition de la Communauté.

Cette soirée était donc destinée à le montrer.

Une soirée pour laquelle tout le monde s’est endimanché. Et rien que pour ça, croyez-moi, ça valait la peine ! Quel plaisir de voir tous ces geeks arborer des vestes, des costumes, et même pour les plus courageux, des chaussures de ville ! Je me suis régalée ;-)

Pour représenter Mozilla, il y avait, bien sûr, Tristan Nitot, mais aussi Debbie Cohen, et Michell Baker ! Ensemble, ils ont accueilli notre invitée spéciale : Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’Economie Numérique qui nous a fait l’honneur d’un discours dans lequel elle a montré de relativement bonnes connaissances en matière de Logiciel Libre. Mais le plus important est que, par sa présence, elle signifiait sa reconnaissance de l’importance du Logiciel Libre. Le fait qu’elle ait répondu présent à cette soirée est symboliquement fort.

Mitchell, Fleur Pellerin, Tristan et Debbie Cohen (photo : mozillaeu)

Fleur Pellerin s’est même prêtée au jeu du découpage de gâteau aux côtés de Mitchell Baker (qui nous a, une fois de plus, régalés d’un discours empreint d’une confiance inaltérable).

Photo : mozillaeu

Vous l’aurez compris, cette semaine fut dense, pas seulement en champagne et en petits fours, mais en rencontres, en projets naissants, en discussions fructueuses, et en messages d’espoir quant à l’avenir de Mozilla, et plus généralement du Logiciel Libre.

Pour ma part, j’espère que la Communauté a bien compris que cet espace est désormais le notre. Et que nous allons pouvoir y faire de belles choses.

J’aimerais donc remercier Tristan Nitot, pour avoir donné naissance à Mozilla Europe, et continuer de porter avec force Mozilla France. C’est lui qui a rendu cet espace Mozilla Paris possible en accueillant dans son garage les premiers employés Mozilla en Europe. Et en y croyant pendant des années. En rendant possible l’embauche de nouveau employés. Et en se rendant disponible pour la Communauté.

Merci à Pascal, Filip, Cédric, Goofy, Laurent, Benoît, Kazé, Frédéric, Flore, Bobo et Paul Rouget : ils ont créé la communauté francophone et ils continuent d’être là pour elle après toutes ces années.

Un grand merci également à l’équipe Gaia de Paris : elle est un véritable vivier de talents, et un phare pour la Communauté francophone.

Merci encore à Amié, Kimber, Shannon, et Clara : elles ont fait des merveilles en termes d’organisation, et en peu de temps !

Merci enfin à Debbie Cohen et Mitchell : par leur présence et leur implication, elles ont ouvert encore un peu plus le champs des possibles.

Le bureau a donc désormais officiellement ouvert ses portes. Souhaitons-lui longue et heureuse vie !